Accueil --- Quincailleries --- Les serrures

 

Les serrures.


La Quincaillerie

 

Elle assurent la fermeture des portes et sont fixées  au  montant  de battement du vantail à  immobiliser. L'élément essentiel est le pêne, dont le mouvement est rectiligne; il s'engage dans la gâche, portée par le dormant ou le cadre fixe. Il existe un grand nombre de serrures on les divise ordinairement en deux groupes:

 

Les serrures à appliquer, ou apparents.

Les serrures à encastrer ou à  mortaiser.

 

Analyse d'une serrure:

 1). La gâche.
 2). Le bec de cane ou pêne lançant.
 3). Pêne dormant.
 4). La têtière.
 5). Le boîtier.
 6). La noix.
 7). L'entrée.
 8). L'entraxe. 

 

Remonter

 Main d'une serrure: La désignation de la main est déterminée en fonction du sens d'ouverture de la porte.



Commande: La commande d'une serrue devra mentionner des indication précises telles que:

  • A appliquer- à encastrer

  • Ordinaire- à gorge- de sûreté- coup feu.

  • Gauche - droite.

  • Entrée

  • Pêne lançant unique - pêne dormant unique.

  • Têtière aux extrémités arrondies, déportée ou oblique.

  •  Pêne lançant à rouleau ou à mentonnet, réversible.

  • Entraxe

  • A crémone à trois ou cinq points de fixation.

Remonter

La Gâche: Pièce en forte tôle, la gâche s'entaille et se visse dans le montant fixe de fermeture. Les deux pênes s'y logent lorque la porte est fermée. Avec l'usage des défonceuses, on trouve des gâches aux extrémités en arc de cercle (rapidité de placement). La partie en saillie de la gâche doit être rabattue pour permettre la fonctionnement du bec de cane lorque la porte claque ou se ferme brusquement.

Le Pêne lançant: En forme de bec de cane, il est manoeuvré par la béquille. Il est remplacé dans certains cas par un pêne à rouleau (portes de magasin) ou par un pêne à mentonnet dans le cas des portes coulissantes. Maintenant beaucoup de serrures sont à main réversible par simple inversion du bec de cane; cette opération s'effectue sans ouvrir la serrure.

Le pêne dormant: Il est manoeuvré par la clé. Le mécanisme du pêne dormant est de plus en plus compliqué, selon la sécurité que l'on désire obtenir. Certains mécanismes possèdent un dispositif qui empêche la clé de tomber. On trouve aussi des serrures où les trous qui permettent l'introduction de la clé sont décalés, afin  d'éviter les coups d'oeil indiscrets (lieux publics, hôtels).

La têtière:  De forme rectangulaire ou avec les extrémités en arc de cercle (défonceuse), elle est entaillée dans le chant de la porte et sa fixation est assurée par vis. La têtière est: 1) Perpendiculaire au boîtier: c'est le cas le plus courant pour les portes embrevées. 2) Oblique au boîtier:  elle épouse la pente du mauclair dans la fabrication des doubles-portes. 3) A fleur ou déportée: pour les portes appliquées; la battée poussée dans le chant oblige à  déporter la têtière.

Le boîtier: En acier, acier laqué..., il renferme les mécanismes, le ressort et le pêne. Le ressort doit être dégagé des crans d'arrêt, entaillés dans le pêne, avant d'être poussé en avant ou tiré en arrière. C'est la clé qui réalise ces deux opération. Les boîtiers fermés évitent l'introduction des copeaux ou autres corps étrangers nuisibles au bon fonctionnement. Le boîtier sera de préférence de dimensions réduites pour ne pas déforcer le montant de la porte. Pour les serrures à appliquer, la clé est guidée par un tube appelé "canon".

L'entrée:  C'est la distance prise de l'extérieur de la têtière à l'axe passant par le centre de la noix et le trou pour la clé. Elle est donnée de 5 en 5mm. L'entrée de la serrure devra se situer dans l'axe de la largeur du monntant en teant compte éventuellement des moulures, listels... 

L'entraxe:  C'est la distance prise de l'axe de la noix à l'axe du trou pour la clé. Cette dimension est utile à relever lorsqu'on envisage le remplacement d'une serrure, afin d'éviter des entailles supplémentaires et inutiles.

 Retour aux notes --- Quincailleries







Site Optimisé pour Firefox